Laboratoire de Physique
Theorique d'Orsay

Accès / Find us

Bâtiment 210
Univ. Paris-Sud 11
91405 Orsay Cedex
France
T. 01 69 15 63 53
F. 01 69 15 82 87



CNRS U-PSUD Retour au menu Imprimer Contact Plan Crédits
 
 
Agenda > Séminaires / Seminars > Intérêt général Dernier ajout : jeudi 2 octobre 2014.

Séminaires d’intérêt général 2012-2013


-  Mercredi 26 juin à 16h, salle 114, Bâtiment 210

Leandro Almeida (LPT) : Substructure : from Hadronic Jets to Neurons

Clustering of complex systems and the morphology of these clusters allows us to peer into the dynamics of the these systems. We will discuss two cases where the study of the morphology of clusters gives a better understanding of the underlying dynamics. In Jet physics, where the understanding of Jet formation and how it is subsequent structure relates to the final state particles in the hard scattering and allows to be property understand the contribution to possible new physics at hadronic colliders, like the LHC. And in neuroscience where applications of substructure observables are currently being used to try to study activity and dynamics in the structural formation of inhibitory synapses in neurons.

-  Mardi 26 mars à 14h, salle 114, Bâtiment 210

Jérôme Sueur (Origine Structure et Evolution de la Biodiversité, Muséum National d’Histoire Naturelle) : Le carnaval des animaux : estimation et suivi de la diversité animale locale par des techniques d’acoustique

L’érosion croissante de la biodiversité impose le développement d’outils permettant d’estimer rapidement l’état de la diversité des espèces locales. De nombreux indicateurs écologiques ont été développés mais ils reposent essentiellement sur une étape d’inventaire fastidieuse et coûteuse. Cependant, une partie non négligeable de la diversité animale révèle sa présence par des manifestations sonores à l’instar de certains oiseaux, amphibiens, mammifères, poissons et arthropodes. Cette émergence sonore de la diversité est potentiellement utilisable pour l’estimation indirecte et non invasive d’une part de la diversité animale.

Deux approches permettent de marier écologie et acoustique. La première, très intuitive, consiste à essayer d’identifier automatiquement les espèces sur des critères acoustiques. Cette approche devrait permettre d’estimer précisément la richesse spécifique ou le suivi d’une espèce cible mais elle repose sur des processus d’analyse du signal relativement lourds et, surtout, sur l’interrogation de banques de données sonores encore indisponibles. La deuxième approche, que nous privilégions pour le moment, repose sur un changement d’échelle. L’idée est d’analyser les manifestations sonores animales non pas au niveau spécifique mais au niveau des communautés ou des paysages sonores. L’analyse de ces entités repose sur le développement de métriques de richesse ou de dissemblance acoustique qui permettent d’évaluer de manière relative différents sites à différents temps. Des tests préliminaires effectués in silico et in natura sur des échantillonnages massifs révèlent des résultats encourageants ouvrant potentiellement une nouvelle voie de recherche en bioacoustique et en écologie animale.


Séminaire informel

-  Mardi 19 Février à 16h30, salle 114, Bâtiment 210

Bernard Diu : Escapades romanesques d’un physicien

Comment devient-on physicien dans un milieu sans aucune tradition scientifique et avec très peu de culture générale ? Comment le reste-t-on à la retraite ? Pourquoi, physicien, se met-on tout de go à écrire un roman ?

Comment ces deux activités, très prenantes l’une et l’autre, coexistent-elles dans une seule et même personne ? Y a-t-il quelque avenir ? "Non ! L’avenir n’est à personne,/ Sire. L’avenir est à Dieu." (Victor Hugo). La manie des citations... etc.


-  Mardi 4 Décembre à 16h, salle 114, Bâtiment 210

Alexandre Moatti (Université Paris-VII) : Les oppositions à Einstein et à la théorie de la relativité, 1905-2005

L’orateur s’attache à analyser l’incompréhension et parfois le rejet à caractère non scientifique que suscite la théorie de la relativité, de sa publication jusqu’à l’Année mondiale de la physique en 2005. Dès la Première Guerre mondiale, des savants français attaquent "la science allemande", dotée d’un "esprit de géométrie" disproportionné, par opposition à la "science française " et son "esprit de finesse". A partir de 1922, parfois avec des argument similaires, ce seront certains savants allemands (dont des prix Nobel de physique), et le parti national-socialiste, qui stigmatiseront la relativité, comme une "science dégénérée", opposée à la Deutsche Physik. Encore de nos jours, des révisionnistes scientifiques continuent à attaquer la relativité, nourrissant des courants alterscientifiques, proches de la théorie du complot ou du créationnisme.


-  Mardi 16 octobre à 15h, salle 114, Bâtiment 210

François Pétrelis (Laboratoire de Physique Statistique, Ecole Normale Supérieure) : Renversements du champ magnétique engendré par instabilité dynamo : du moteur universel au champ magnétique Terrestre

La plupart des objets astrophysiques (planètes, étoiles, galaxies...) ont un champ magnétique qui est engendré par l’écoulement d’un fluide conducteur de l’électricité. Ces champ magnétiques dépendent du temps de façon parfois surprenante : le champ magnétique Terrestre se renverse aléatoirement tandis que le champ magnétique solaire décrit une oscillation périodique. Récemment une expérience réalisée dans un écoulement tourbillonnaire de sodium liquide a mis en évidence de tels comportements. Il semble que le même mécanisme soit à l’oeuvre dans les objets astrophysiques et dans cette expérience malgré les différences entre ces systèmes. Ces comportements sont en effet génériques et peuvent dans une certaine mesure aussi être observés dans des systèmes électromécaniques simples.