Laboratoire de Physique
Theorique d'Orsay

Accès / Find us

Bâtiment 210
Univ. Paris-Sud 11
91405 Orsay Cedex
France
T. 01 69 15 63 53
F. 01 69 15 82 87



CNRS U-PSUD Retour au menu Imprimer Contact Plan Crédits
 
 
Annuaire / Phonebook Dernier ajout : jeudi 23 novembre 2017.


Christos Charmousis
Statut :
Directeur de recherche
Fonction : 
chercheur
Tel. 
33 (0) 1 69 15 73 65
Fax. 
33 (0) 1 69 15 82 87
Adresse : bat. 210 - bureau
105
Mél. :
Christos.Charmousis -At- th.u-psud.fr
photo

Recherche

Domaine :
Gravitation, Cosmologie
Mots clés : relativité générale, gravitation des dimensions supplémentaires, trous noirs, modifications de la gravité

Thèmes

→  Ma recherche porte sur différents aspects de la gravitation: aussi bien à des grandes échelles d'énergie, qui concernent les premiers instants de l'univers, ou la physique de trous noirs, qu'à des échelles d'énergie faible qui correspondent à la taille cosmologique de l'univers actuel. Il y a deux problématiques distinctes: La relativité est une théorie classique décrite mathématiquement par la courbure de l'espace-temps. Quand la courbure devient singulière, comme aux premiers instants de l'univers, la relativité ne peut plus décrire la physique de façon fiable. De la même façon un horizon d'éventement cache la singularité d'un trou noir mais ne résoud pas le fait que la théorie d'Einstein n'est plus valable au voisinage de la singularité de la courbure. C'est la limite quantique de la théorie de relativité qui est donc mal définie. D'autre part, bien que la relativité soit très bien testée aux échelles des distances du système solaire (tests de la lois de Newton dans le laboratoire, mouvements des planètes, lentille gravitationnelle, étude des pulsars binaires etc), de récents résultats expérimentaux de la cosmologie et de l'astrophysique, à des echelles bien plus grandes, ouvrent la possibilité que la gravitation soit modifiéee à de très grandes distances. Bien qu'il n'y ait aucune raison théorique pour que la relativité soit mal définie à cette limite classique, ce sont les données expérimentales dans ce second cas, qui pouraient être interprètées de cette façon.

→  Le point essentiel est qu'on peut se poser des questions sur la validité de la théorie de relativité pas seulement aux toutes petites échelles dites quantiques, mais aussi à des échelles classiques très grandes. Peut-on modifier la théorie d'Einstein en s'assurant que ses propriétés physiques suivies par la nature restent intactes?

→  Dans ma recherche j'étudie en particulier les modifications apportées à la cosmologie et à la gravitation dues à la présence des dimensions supplémentaires. Quelle est l'évolution cosmologique de notre univers suivant ces théories? Quelles sont les objets types trous noirs de ces théories? Quels sont les signatures experimentales des univers branaires? J'etudie aussi les fondations des théories qui géneralisent et modifient les équations d Einstein ainsi que des idées `dites' holographiques issuent des théories de cordes.

Articles récents
Christos Charmousis, Edmund Copeland, Antonio Padilla and Paul M Saffin
General second order scalar-tensor theory, self tuning, and the Fab Four.
arXiv:1106.2000 [hep-th]

C. Charmousis, B. Goutéraux, B. S. Kim, E. Kiritsis, Rene Meyer
Effective Holographic Theories for low-temperature condensed matter systems
10.1007/JHEP11(2010)151

Christos Charmousis, Gustavo Niz, Antonio Padilla, Paul M. Saffin
Strong coupling in Horava gravity
JHEP 0908 (2009) 070

Articles les plus cités
Peter Bowcock, Christos Charmousis, Ruth Gregory
General brane cosmologies and their global space-time structure.
Class.Quant.Grav.17:4745-4764,2000

Christos Charmousis, Ruth Gregory, V.A. Rubakov
Wave function of the radion in a brane world
Phys.Rev.D62:067505,2000

Christos Charmousis, Jean-Francois Dufaux
General Gauss-Bonnet brane cosmology
Class.Quant.Grav.19:4671-4682,2002

Publications

→  sur SPIRES
→  sur arXiv
→  sur HAL (CCSD)