Example de photo d'une chambre de Wilson
aaa

Son premier travail avec Frédéric Joliot-Curie et son assistant Berthelot fut la mesure de la désintégration alpha des ions lourds à l'aide de la chambre de Wilson à basse pression de Frédéric Joliot-Curie (la pression pouvait être descendue jusqu'à 1 cm de mercure, ce qui permettait d'élargir les traces jusqu'à 76 fois). Ensuite elle travailla sur le spectre de désintégration beta de noyaux radioactifs artificiels produits par le cyclotron (le premier en Europe). Elle reçut son doctorat en physique pour ce travail. Après la guerre, elle travailla sur les désintégrations beta afin de discriminer entre les modèles de l'interaction faible. À cette époque on etudiait les transitions de type Fermi et celles de type Gamow-Teller. Elle fut une chercheuse très enthousiaste. Même quand elle fut déplacée à Berlin en 1944 (la ville était alors sous les feux de l'ennemi), elle se rendit à l'Université de Berlin et travailla à la construction d'un spectromètre. Elle cacha cet appareil dans son sac à dos quand elle fut renvoyé au Japon par les troupes soviétiques.